Le jour E, jour de l'espagnol

Le samedi 25 juin dernier a eu lieu la 4ème édition d’El Dia E, la fête de tous ceux qui parlent espagnol. Cette célébration de la langue espagnole a été créée par l’Institut Cervantes en 2009 pour mettre en avant la culture à la fois espagnole et ibérique dans les 5 continents. Ces 3 dernières années, tous les centres de l’Institut Cervantes, de Sidney au Brésil (77 villes de 44 pays), ont fêté ce jour si spécial. « L’espagnol est une langue extraordinairement riche. Nous nous devons de la valoriser et de l’apprécier. » a déclaré Monserrat Iglesias, directrice de la Culture de l’Institut Cervantes.

Lors de la journée du samedi 25 juin 2012, le siège social de l’Institut Cervantes, située à Madrid (calle de Alcalá, 49) s’était transformé en une place remplie d’activités pour enfant, de visites pour les adultes, des représentations artistiques,  etc.

Des centaines d’enfants ont pu écouter des écrivains et des narrateurs comme Norma Sturniolo, Cristina Herreros, Luisa Borreguero et Margarita del Mazo leur lire des contes et se sont diverti en participant à des ateliers et à d’autres activités ludiques en rapport avec la langue espagnole que nous sommes plus de 500 millions à partager dans le monde. 
Cette année encore, la majorité des sièges sociaux de l’Institut se sont transformée en stade de jeux du « Juego del Español » qui est en quelques sortes la version Castillane du jeu du Scrabble Anglo-Saxon

D’autre part les plus grands, eux, ont pu visiter la Caja de las Letras qui est un coffre-fort anciennement réservé au stockage des œuvres des grands écrivains hispaniques. Les visites guidées dans ces endroits précieux ont suscité un grand intérêt parmi les visiteurs puisque ces lieux ne sont pas ouverts au public.

Hors de l’Espagne, les auteurs Jorge Edwards, prix Cervantes 1999, et Fernando Iwasaki ont menée deux conférences sur la littérature en Espagnol dans le Cervantes d'Athènes ; le duo de flamenco formé par Manuel Reina et Bout de Triana s’est produit à Istanbul ; l'acteur Jorge Ramos a interprété l'œuvre « José Gaspar » à Vienne ; l’illustrateur Ángel de la Calle a inauguré une exposition à Munich ; et les poètes Edgardo Dobry et Francesco Luti ont offert un récital à Milan. 
 
Concours d’écriture de récits de moins de 140 caractères 
Des milliers d’étudiants espagnols ont participé au concours d’écriture de récits sur le réseau social Twitter en mai. Seule règle : ces récits devaient obligatoirement contenir les mots tels que : « Querétaro, gracias, sueño, libertad, amor, Jesús, tú, murmullo, alma y meliflua », mots élus « mots préférés » de l’année dernière.

Sur la toile, depuis son lancement le 12 juin, les internautes ont visité plus de 2.000 fois par jour les pages consacrée à ce jour sur : http://www.eldiae.es/. Sur ces pages, on peut voir des vidéos contenant, par exemple, les mots espagnols préféré ; les textes des gagnants d’un concours en rapport avec l’Institut Cervantes, et une courte vidéo du projet « Hojas de Parra » (« Feuilles de vigne »)  dédié au poète Chilien Nicanor Parra, le grand gagnant du Prix Cervantes 2011.
Sur les réseaux sociaux, El Día E a plus de 13.000 adeptes sur Facebook (www.facebook.com/El-Dia-E), et plus de 2.000 sur Twitter (www.twitter.com/eldiae).

Les parrains et les marraines de la 4ème édition d’El Día E.
Pour la deuxième année consécutive, la journée a été parrainée et marraine par beaucoup de personnalités venant du monde de la culture. Victor Garcia de la Concha, directeur de l’Institut Cervantes, et Paolo Piamonti, directeur du Théâtre de la Zarzuela ont récemment été rajouté à la prestigieuse liste des parrains et marraines de cette journée, qui comptait déjà écrivains Lorenzo Silva et Mari Jungstedt ; les hispaniques Ian Gibson et Carolyn Richmon, le journaliste Guillermo Fesser ; les musiciens Luis Eduardo Aute, Martitio et Ara Malikian ; ou encore Eva Lootz qui s’est illustrée dans les arts plastiques. Chaque parrain et marraine avait également élu son mot espagnol préféré les années passées. 

Cela-dit, cette année,  il n’y a pas eu de vote des “mots préférés” en espagnol. Cependant, il était possible de voir des vidéos présentant les personnalités de la culture et quelques parrains de cette journée nous proposer des mots qui selon eux, était les plus beaux de la langue espagnole. On en retient, entre autres,  quelques termes comme « ojala », proposé par Eva Lootz.                    

Les mots préférés de l’ensemble de l’équipe de Tía Tula, ainsi que de certains élèves sont :  « mariposa », « azafata », « barruntar », «algarabía», «mantequilla», «berrete», «azahar», «aldaba» et «burbuja».

Une langue qui ne cesse de se développer :
Pour finir, on notera une nouvelle fois que l’espagnol est la 2ème langue la plus parlée au monde (avec plus de 500 millions de personnes la parlant) juste après le chinois. Elle est aussi la 2ème langue la plus étudiée dans le monde (après l’anglais), la 2ème langue dans le domaine de la communication à l’international (après l’anglais) et également la 3ème langue la plus utilisée sur internet.

Montons gratter le ciel


Hier l’activité extrascolaire de l’école nous proposait de monter en haut des tours de la Clerecía, la fameuse église qui se trouve dans le centre historique et monumental de la ville.

C’est à travers l’exposition « Scala Coeli. Las Torres de la Clerecía » que nous avons pu admirer la ville depuis tout là haut. Cette exposition a été inaugurée par Alfonso Fernández Mañueco, maire de la ville et le recteur de l’Université Pontificale de Salamanque nommé Ángel Galindo García et fut ouverte au grand public pour la première fois le 31 Mars 2012.

C’est la collaboration de ces deux parties qui a permis la restauration de cet espace, sa transformation en musée, son ouverture au public et la montée sur les tours de la Clerecía pour apprécier les vues magnifiques offertes sur la ville.

Cette église de la Clerecía fait partie de la Real Colegio del Espíritu Santo de la Compañía de Jésús et est située juste en face de la maison des coquillages “la Casa de la Conchas”. Sa construction commença en 1617 sous ordre de la reine Marguerite d’Autriche, épouse de Philippe III et prit fin 150 ans après, en 1755.  Ce fut un collège de l’ordre ecclésiastique de la Compagnie de Jésus. Autrefois cet édifice historique était connu sous le nom de Colegio Real de la Companñia de Jésus. Cette bâtisse se compose aujourd’hui de 3 bâtiments distincts : l’Université, l’église en elle-même et une résidence réservée aux jésuites.

Ce monument est aujourd’hui le siège de l’Université Pontificale.  La façade de cette église, se distingue par son style baroque et par ses trois portes encadrées par des colonnes superposée et un clocher avec deux tours latérales conçues par Andrés García de Quiñones.
  
Au dessus de la porte d’entrée principale, on trouve une statue de San Marcos, l’un des rédacteurs des quatre évangiles et le fondateur de la première église d’Alexandrie. Une fois à l'intérieur, la video Lorem ipsum ad his scripta blandit permet au visiteur de voir des images de la construction de cette bâtissent ainsi que de ses architectes. Ensuite, on peut accéder aux tribunes, depuis les balcons desquels il est possible de visiter la Real Clerecía de San Marcos.
Dans la première salle de ces tribunes, on peut observer des représentations de Marguerite d’Autriche et de Philipe II, ainsi que des documents relatifs à la fondation du Collège Royal de la Compagnie de Jésus. Dans la deuxième salle, on obtient des informations sur les différentes étapes de la construction de l’édifice ainsi que sur l’influence d’autres évènements historiques. On peut également y voir des documents sur les architectes Juan Gómez de Mora et Andrés García de Quiñones. La troisième salle, elle, est consacrée à la « nouvelle naissance ».
Vient ensuite, la partie centrale de cette visite : la montée des marches menant au sommet des tours. Ces marches donnent un accès directe aux deux tours de l’église. En montant ces escaliers que l’on appelle les escaliers du sonneur de cloche, notre attention est captée par des installations de son et de lumière. Enfin, arrivé dans les tours, on atteint les cloches et on peut admirer Salamanque depuis tout là haut. Si l’on se place entre les deux tours on peut avoir une vue unique sur toute la ville, avec la Cathédrale dans le fond, la Plaza de Anaya, et bien d’autres édifices de l’Université de Salamanque.
La visite de la Clerecía est ouverte tous les jours de 10h00 à 20h00 jusqu’au mois de Décembre où les horaires d’hiver seront alors de rigueur : de 10h00 à 18h00.
Les prix d’entrée sont les suivants : 
-          entrée individuelle : 3,75 €
-          entrée de groupe : 3,25 € par personne
Après être montée sur ces tours, je peux dire que cette expérience est très enrichissante en ce qui concerne la connaissance de la ville. En effet, voir Salamanque de si haut, m’a permis de mieux me rendre compte de sa beauté et de son unicité. De plus, j’ai pu redécouvrir des endroits que je connaissais déjà, sous un nouvel angle. Je me suis aussi amusée à essayer de retrouver des endroits que je fréquente souvent, comme la Plaza Mayor, la rue où se trouve Tía Tula, la rue où j’habite, etc.

Activités Extrascolaires du 25 au 29 Juin


Lundi 25 à 18h00 : Jeux de Cartes - Tu veux apprendre à jouer aux cartes espagnoles ? Nous irons jouer au chinchón à l’ombre d’un arbre tout près du Tormes. Lieu de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h30

Mardi 26 : Quelle bonne idée de pratiquer l’espagnol sur le thème du cinéma actuel.

Mercredi 27 à 16h00 – Promenade à cheval : Nous ferons une promenade à cheval dans le champ Charro avec un centre équestre : Minimum 4 étudiants – s’inscrire obligatoirement au secrétariat avant mardi 26 à 14h00. Prix : 25 € (sont inclus le transport aller/retour + 1h30 de promenade à cheval) – Lieu de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : + - 3h00

Jeudi 28 à 18h30 – Football : Nous ferons une partie de football pour voir qui sera le gagnant de la coupe !  Lieu de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h30

Vendredi 29 à 19h30 – Cinéma : Nous irons au cinéma voir un des films en salle cette semaine.  Prix : 5 € (avec la carte Tía Tula) – Lieu de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : selon le film choisi.


Remarque : Toutes les activités proposées sont gratuites et celles qui ne le sont pas sont indiquées d’un prix. Il est nécessaire de s’inscrire au secrétariat avant d’y assister. Minimum de 3 personnes pour chaque activité.

Ma première « route de tapas » avec Tía Tula


Au cours de ma période de stage dans l’école, j’ai eu la chance de pouvoir participer à quelques unes des activités extrascolaires proposées. Et ce fût avec un énorme plaisir ! Je vais vous raconter s’est passé l’une des sorties auxquels j’ai participé.

Tout d’abord, nous avions tous rendez-vous dans l’école à 19h30. Comme je ne suis pas très ponctuelle, j’ai eu peur d’arriver en retard et de ne pas pouvoir y participer. Mais à mon arrivée, les autres élèves et Katy, l’accompagnatrice de la sortie, attendaient que les derniers élèves qui souhaitaient participer arrivent. Nous étions douze en tout à vouloir participer à cette sortie. Déjà dans le hall de l’école une bonne ambiance régnait, et on pouvait deviner à en juger par les rires, que nous étions sur le point de passer une excellente soirée tous ensemble.  Une fois la troupe au complet, nous sommes descendus en direction de notre premier bar à tapas. Petite parenthèse, je dois avouer que Tía Tula est vraiment bien situé. En effet, elle se trouve dans le centre historique et touristique de la ville, ce qui fait que l’on trouve tout à proximité : bars, boutiques de souvenir, parcs de détentes, monuments, etc. Bref, le lieu parfait !

Ce jour là il y avait un marché baroque sur la place Anaya qui se trouve juste en face de la Cathédrale. Nous avons alors pu voir quelques un des stands sur le chemin. Cette activité était également prévue pour le lundi de la semaine suivante.
Sur le chemin, nous papotions ensemble, et j’ai pu découvrir avec surprise que contrairement à ce que je pensais, beaucoup d’élèves de ce groupe parlaient français (4 en tous).
Une fois arrivée dans ce bar appelé las caballerizas, j’ai d’abord été frappée par l’ambiance très intime qu’il y avait malgré les nombreuses personnes déjà présentes. Nous avons prit place, et chacun a pu commander sa boisson et son assiette de tapas pour un total très très minime de 2€.

Rire, discutions et découverte les uns des autres étaient aussi au menu de la soirée. Environs trois quart d’heure après, nous avons changé de bars. Cette fois ci, nous avons pu découvrir un bar qui se trouvait au pied de la fameuse Clerecía. Et là, pour seulement 2,50€ chacun, nous avons pu gouter à une succulente sangria (boisson espagnole) et avons mangé une délicieuse assiette pinchos. Là aussi, il va sans dire que l’atmosphère était plus qu’agréable. Cette activité devait durer 1 heure et demi, mais nous étions tellement bien, que nous l’avons prolongée, profitant d’être aussi nombreux. 

Cette première sortie avec les autres élèves de l’école est absolument à refaire. Tout était bien, et je n’ai pas vu le temps passer. Cela m’a permis de voir les étudiants sous un angle que je ne connaissais, dans la détente et la bonne humeur !

Activités Extrascolaires du 18 au 22 Juin.

Lundi 18 : Quelle bonne idée de pratiquer l'espagnol sur le thème du cinéma.
Mardi 19 à 18h00 : Baby-foot – A l’ occasion de l’Euro 2012, nous irons dans une salle de jeu et nous verrons quelle équipe remportera le match de baby-foot. Prix : ta consommation et la participation à chaque partie (+ou – 1 €) – Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h30.

Mercredi 20 à 18h30 : Les Tours du Clergé – A travers l’exposition Scala Coeli, nous monterons sur les tours de l’actuelle Real Clarecía San Marcos et nous verrons Salamanque depuis là-haut. Point de rencontre : Tía Tula – Prix : entre 5 et 6 € (en fonction du nombre d’étudiants intéressés) – Durée approximative : 1h00

Jeudi 21 à 19h00 : Exposition – LAS HUELLAS DE UNAMUNO : Tous les paysages de cette série picturale sont des visions actuelles qui diffèrent un peu de ce que Unamuno contemplait. Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h00 – Lieu : dans salle d’exposition Santo Domingo de la Cruz.

Vendredi 21 à 19h30 : Route de tapas – Viens manger des tapas dans différents bars du centre ville. Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h30 – Prix : + ou – 6 €


Remarque : Toutes les activités proposées sont gratuites et celles qui ne le sont pas sont indiquées d’un prix. Il est nécessaire de s’inscrire au secrétariat avant d’y assister. Minimum de 3 personnes pour chaque activité.

8ème édition du festival FÁCYL – Festival International des Art de Castille et Léon

Cette année encore, du 13 au 17 Juin 2012, le Festival International des Arts de Castille et Léon, FÁCYL nous donne rendez-vous tous les soirs sur la Plaza Mayor pour assister à des concerts en plein air et ailleurs à Salamanque.

Cette 8ème édition de FÁCYL s’annonce particulièrement intense autant de part son contenu caractérisé par d’art contemporain, la danse et la musique que par son atmosphère.
Ce festival est né d’une idée de longue date et se définie principalement comme étant un festival à la fois national et international. Avec plus de 1 200 représentations, la participation de quelques 800 artistes et d’industries venant de plus de 40 pays différents, le nombre impressionnant et en même temps encourageant de spectateurs lors de la précédente édition avait dépassé le million. FÁCYL, Salamanque et la Castille et Léon organisent cet évènement incontournable et indispensable au calendrier international des arts.

La 8ème édition de FÁCYL présente une nouvelle et choquante image qui définit parfaitement son atmosphère et le coté dramatique du programme 2012. Cette édition est élégante, expressive, énergique et pleine d’évocations. 

L’ouverture et la fermeture du festival seront marquées, par de grands concerts sur la Plaza Mayor : Astéroïds Galaxy Tour, Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, Nach, Igor Boxx, et de nouveaux artistes.
En ce qui concerne les représentations en salle, de nouveaux talents européens sont au programme, comme l’hongrois David Marton avec son « Rheingold », une pièce de théâtre musicale. La danse tient aussi une place prépondérante dans « Rian » du Fabolous Beast Dance Theatre Company et les deux représentations du duo de danseurs et chorégraphes Colin Dunne et Lisbeth Gruwez/Voetvolk.

FÁCYL nous fait redécouvrir la scène urbaine grâce à deux grands projets collectifs étroitement liés à la Plaza Mayor. Des représentations comme « Desde las Raíces » (des Roots) et « Bal MODERNE » sont l’occasion pour les spectateurs de se rapprocher du monde de la danse  et de la culture Hip-Hop.
La Casa de la Conchas sera le théatre  des Las Conchas Electronicas, un des moments les plus emblématiques du festival.

De toute évidence, ce festival est à ne pas manquer.

Premier Prix de l’Ecole d’Espagnol en Irlande.

Le 23 mai dernier, à l’Ambassade d’Espagne à Dublin a eu lieu la remise des prix dans le domaine de l’éducation de la langue espagnol. Ces prix sont remis et célébrés chaque année par le Ministère de l’Education du Royaume-Uni et d’Irlande pour promouvoir des exemples de bonnes pratiques de l’enseignement de l’espagnol en Irlande. Et cette année, Tía Tula faisait parti des présents lors de cette remise des prix.

D’une part, des prix ont été attribués aux meilleurs étudiants en espagnol en Irlande en prenant comme critères d’évaluation les qualifications obtenues lors des examens de Junior Certificate (enseignement secondaire obligatoire) et Leaving Certificate (Baccalauréat). Les gagnants de cette année dans cette catégorie sont respectivement, Daniel Coleman (du Collège St. Conleth à Dublin) et Michael Angland (d’Ashton Comprehensive School, de Cork en Irlande).

D’autre part, la meilleure Ecole Espagnol de l’année a été récompensée sur des critères qui permettent de mesurer la performance de chaque école concernant l’enseignement de l’espagnol, comme par exemple le nombre d’élèves inscrits aux cours d’espagnol comme langue étrangère (ELE) , l’utilisation d’une méthodologie innovante dans cette enseignement, la participation à des projets internationaux où l’espagnol est une langue véhiculée, la mise en avant de l’espagnol et de la culture hispanique dans le centre et les activités extrascolaires dédiées à la promotion de l’espagnol. Le Collège qui est sorti vainqueur cette année et par conséquent, l’école d’espagnol de l’année en Irlande est Beaumont National School for Girls (Beaumont, CO. Cork). Et la récompense, pour deux des professeurs d’espagnol de cette école, a été celle de deux bourses pour assister à un cours d’été, tous frais payés, à Tía Tula et à l’Académie Mester (qui se trouve aussi à Salamanque). Les professeurs récompensées étaient, respectivement, Elizabeth Corcoran et Margaret McCarthy, directrice du centre.

Les prix ont été remis par l’Ambassade d’Espagne à Dublin représentée Javier Garrigues et par le directeur de l’Office Espagnol de Tourisme à Dublin, D. Gonzalo Ceballos, dans la résidence de ce dernier. Environs 50 invités travaillant dans le domaine de l’éducation en Irlande, dans des agences nationales de langues et dans des associations de professeurs d’espagnol ont pu assister à cette remise des prix.


Félicitation à tous les gagnants, félicitation à toute l’école Beaumont National School for Girls et félicitation spécialement à Elizabeth Corcoran, le professeur qui nous a représentée et que nous attendons les bras ouverts.

(Plus d’information sur la page du Ministère des affaires Etrangères et de Coopération.)

L’Italie ou l’Espagne? L’Italie et l’Espagne!


N’a-t-on pas pu lire ces derniers jours dans le journal El País un article intitulé “ ¿Quien está peor: Italia o España?” (qui est pire: l’Italie ou l’Espagne?).

Oui, mais ne vous y trompez pas: il ne s’agissait pas de la rencontre sportive prévue mais bien de la situation économique et politique des deux pays.

Et c’est dans ce contexte fragile commun que les deux nations se sont retrouvées sur un même terrain pour disputer leur premier match de la coupe d’Europe.

Dimanche à 18h le coup d’envoi était donné et les deux équipes ont tenu en haleine le public de Salamanque, comme sûrement celui de toute l’Espagne.

Depuis quelques jours, toute la ville s’est préparée pour vivre ce match. Les drapeaux ont recouverts des balcons, les espagnols ont revêtu les couleurs de leur équipe nationale et les bars de la ville se sont remplis de supporters passionnés qui pour l’occasion n’ont pas hésité à sortir et vivre l’évènement autour d’un pot entre amis.

Pendant plus d’une heure et demie tous les regards étaient portés dans une même direction. Il est fort probable que la situation ait été la même en Italie.

Et finalement, dans cette recontre les deux pays restent à égalité. Cela a au moins contribué à favoriser l’économie locale et mis de côté les préoccupations de chacun.

Activités Extrascolaires du 11 au 15 Juin.

Lundi 11 à 13h00 – Marché Baroque : Nous irons voir les produits que le marché baroque nous propose à la Plaza Anaya.  Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h00

Mardi 12 – Férié : Jour de St Juan de Sahagún : St patron de Salamanque. Tía Tula vous suggère d’aller voir les feux d’artifices à 22h30 dans la zone du Pont Romain. Tía Tula ne pourra pas vous accompagner mais vous pouvez y aller de par vous-même.

Mercredi 13 à 19h00 – Cours de cuisine : GAZPACHO + 2 TAPAS : Tu vas apprendre à faire du gazpacho accompagné de deux tapas et ensuite nous les mangerons. Point de rencontre : Tía Tula – Prix : 7 € – Durée approximative : 1h00

Jeudi 14 à 19h00 – Exposition : « Perspectives féminines.  Video d’artistes espagnoles de la collection MUSAC ».  Vidéo et installations organisées par le festival Fácyl. Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h00

Vendredi 15 à 16h45 – Cours d’initiation au Hip-Hip : L’association « Juvenil Breakdance Salamanca » te permet de participer à un cours d’initiation à la culture Hip-Hop sur la Plaza Mayor. Point de rencontre : Tía Tula – durée approximative : 1h30

Remarque : Toutes les activités proposées sont gratuites et celles qui ne le sont pas sont indiquées d’un prix. Il est nécessaire de s’inscrire au secrétariat avant d’y assister. Minimum de 3 personnes pour chaque activité.

Ascension plateresque au ciel

Ascensum en latin, signifie « l’ascension » ou « promotion » du fait de s’élever ou de monter (« promotion » signifie habituellement plutôt la promotion hiérarchique dans le domaine professionnel mais il est aussi un synonyme de « ascension »). Et s’élever, c’est l’une des initiatives les plus originales et intéressantes qu’a pris l’Université de Salamanque : il s’agit de pouvoir monter le long de la façade de l’université à l’aide d’une plate-forme mobile située juste devant elle, pour pouvoir l’admirer de très très près. C’est une opportunité unique d’être à moins d’un mettre de cette œuvre plateresque universelle qui est probablement l’un de ces plus grands chefs-d’œuvres.


L’échafaudage a été installé afin d’effectuer des études préliminaires à la restauration de la façade qui est prévue pour les jours à venir. Les deux projets – la gestion des études, ensuite la restauration et l’ouverture de la façade au grand publique – se sont concrétisés avec la signature d’un accord entre l’Université de Salamanque et la Fondation du patrimoine de Castille et Leon, qui était derrière tout ca et qui a parrainé les industries de pointes Enusa.

La façade de l’université, qui domine la petite place connue sous le nom de Patio de Escuelas Mayores – emplacement clé dans le centre historique de la ville et siège social du fait de l’Université de Salamanque – a été construite au début du 16ème  siècle : entre 1520 et 1530. Elle est l’aboutissement de la transition architecturale principalement plateresque entre le style gothique et le celui de la renaissance de la fin du 15ème siècle qui se caractérise par un excès d’ornement : des boucliers, des pinacles, des reliefs …  Dans la toile qui compose la façade de cette l’Université, on  retrouve presque de tout : des dieux classiques, des figures de l’Eglise, les rois et les reines, les empereurs antiques, des représentations allégoriques… presque de tout, sauf une seule chose : le sens. La façade est en soi une interprétation mystérieuse toujours incomprise par les experts : seuls quelques pièces détachées de la toile ont pues être traduites,  le sens  de l’ensemble de la toile n’a pas pu être déchiffré à ce jour. C’est comme si on avait pu identifier quelques pièces du puzzle – pas toutes – mais qu’on ne pouvait pas compléter ce puzzle. Un argument de plus pour voir cette façade de près, non?


Cette façade constitue un authentique emblème de la ville;  l’autre étant la Plaza Mayor. Selon certaines sources, près de 2 millions de touristes viennent chaque année pour la contempler, et ils jouent au jeu de cache-cache qui consiste à retrouver la grenouille d’une taille moyenne dans cette exubérance ornementale. C’est comme si l’on cherchait une aiguille dans une dans une botte de foin. On raconte que cette grenouille - qui représente la tentation mortelle – prévenait les étudiants qui entraient dans l’Université à la recherche d’une vile facile et dissolue. Bien que ce ne soit pas très clair : une nouvelle fois,  c’est comme essayer de lire une pièce du puzzle. On raconte aussi que celui qui retrouve la grenouille sans l’aide de personne peut être sûr de revenir à Salamanque, ou qu’il réussira à coup sur tous ses examens, s’il est étudiant. Il y a presque autant de légendes que d’interprétations et de significations.


La visite « Ascensum » se divise en deux parties :  d’abord, il y aune projection audiovisuelle destinée à expliquer l’histoire de ce monument et les étapes fondamentales du travail de restauration ; puis vient le moment principale : la montée depuis l’échafaudage . De plus, cerise sur le gateau, un point d’information a été installé sur la place Patio de Escuelas Mayores, afin de renseigner les personnes.  

Les élèves de Tía Tula ont pu déjà apprécier tout ca : c’était une activité extrascolaire d’aujourd’hui et tous ceux qui s’y étaient inscrits sont montés et ont été très contents.  Cela dit, la projection et la visite guidée étaient en espagnol, ce qui est un inconvenant pour les élèves de niveau initial et bien sûr pour tous les touristes qui viennent découvrir la façade chaque mois et qui peuvent s’intéresser à la monté (à peu prêt la moitié d’entre eux).

L’Ascension sera ouverte jusqu’au mois d’Octobre. Tu peux réserver ta visite sur la page web créée à cet effet, www.subealafachada.com, ou bien par téléphone au : 923263139 ou en allant directement à la boutique installée à l’entrée du bâtiment les Escuelas Mayores (horaires d’ouverture : de 9h00 à 15h00). La visite coûte 6€ (avec 0.80€ de plus si la réservation se fait sur Internet) 
Les heures de visites sont 
-         en Juin: du mardi au samedi, de 10h00 à 19h00 (les dimanches et jours fériés : de 10h00 à 13h00)   
-         en Juillet, Aout et Septembre : du mardi au samedi de 10h00 à 14h00 et de 17h00 à 20h00 (les dimanches et jours fériés : de 10h00 à 13h00) 
-         en Octobre : du mardi au samedi, de 10h00 à 18h00 (les dimanches et jours fériés : de 10h00 à 13h00)    

Des activités extrascolaires toujours plus divertissantes !

Chaque semaine, un programme d’activités extrascolaires est proposé aux élèves de l’école.
La plupart du temps ces activités sont gratuites et celles qui sont payantes excèdent rarement 6 €.

Elles sont variées et il y en a pour tous les goûts :
           -          Match de baby-foot,
           -          Dégustation de tapas debars du centre ville,
           -          Sorties au cinéma
           -         Dégustation de paëllas préparées ensemble,
                                                           -         Visites gratuites de musées et d’expositions,
                                                               et plein d’autres choses encore !

On s’amuse vraiment et on s’instruit en découvrant des facettes insoupçonnées de la ville. Ces activités sont aussi l’occasion de passer plus de temps avec les autres élèves de l’école qui sont de nationalités différentes, de se connaître et de tisser des liens d’amitié.
Ce sont des moments à ne pas rater !

N’hésite pas à venir partager des moments agréables qui rendront ton séjour à Salamanque encore plus distrayant !

Activités extra-scolaires du 04 au 08 juin 2012

Lundi 04, 18h30 : Visite guidée de Salamanque : Une personne de l’école vous racontera l’histoire des principaux monuments du centre ville. Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h

Mardi 05, 18h00 : Musée de l’Histoire de l’Automobile : Nous t’encourageons à venir et tu connaîtras les voitures et leurs histoires. Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1 :30

Mercredi 06, 17h45 : Viens voir la grenouille de près : Nous monterons sur un échafaudage pour voir la façade de la vielle Université de très près. Les places sont limitées, il faut obligatoirement s’inscrire le lundi 04 Juin, avant 14h. Prix : 6 € - Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 45 minutes.

Jeudi 07, 19h00  : Cours de cuisine : Vous allez apprendre à préparer la fideúa (un plat typique de Valence) et ensuite nous la mangerons. Prix : + ou – 7 € - Point de rencontre : Tía Tula – durée approximative : 1h

Vendredi 08, 19h30 : Route de Tapas : Dans le centre ville, nous irons dans différents bars pour gouter les tapas salmantaises. Prix : + ou – 6 € - Point de rencontre : Tía Tula – Durée approximative : 1h30.

Remarque : Toutes les activités proposées sont gratuites et celles qui ne le sont pas sont indiquées d’un prix. Il est nécessaire de s’inscrire au secrétariat avant d’y assister. Minimum de 3 personnes pour chaque activité.

Examens DELE du mois de Mai 2012

Les 25 et 26 Mai dernier, 43.000 candidats se sont présentés aux épreuves du Diplôme d’Espagnol comme Langue Etrangère (DELE).

Les 750 centres d’examens réquisitionnés à cette occasion témoignent de l’augmentation du nombre de personnes désireuses de faire certifier officiellement leurs connaissances en Espagnol.
La période du mois de Mai est la plus importante puisqu’elle regroupe 65% du nombre total d’inscrits annuellement. De plus, cette année, beaucoup de candidats venaient de pays comme la France, l’Italie, la Chine, le Japon, la Turquie, Cuba, et l’Inde. Cette année les six niveaux du cadre européen commun étaient évalués : A1, A2, B1 (niveau débutant), B2 (niveau moyen), C1 et C2.

Le DELE qui est un diplôme mondialement reconnu, qui certifie et officialise les compétences en espagnol. Depuis 2003, l’Institut Cervantes accrédite des centres au nom du Ministère de l’Education, de la Culture et du Sport d’Espagne. Il se charge aussi d’affaires académiques, administratives, économiques et commerciales dans le monde entier.