L’espagnol: une langue vivante qui casse les frontières


L’espagnol change, s’enrichit, se transforme, casse les frontières, s’étend, mais jamais ne meure. L’espagnol est une langue forte et vivante à la fois avec plus de 500 millions de locuteurs espagnols dans le monde. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous recommandons le jour de la langue espagnole, date à laquelle on commémore  la mort de Miguel de Cervantes Saavedra, romancier, poète et dramaturge.


Considéré comme une des plus grandes figures de la littérature espagnole et universellement connu pour avoir écrit Don Quijote de la Mancha, que les critiques ont décrit comme le premier roman moderne et une des plus belles œuvre de littérature universelle.
C’est le livre le plus édité et traduit de l’histoire, seulement dépassé par la Bible.
Facile ou difficile, c’est une langue qui survit, nourrie par des changements constants, affectée par les transformations technologiques, la langue, la migration et les régionalismes, argot ou expressions idiomatiques.
L'exode de Latinos et d'autres hispanophones aux États-Unis seulement apporte un total de 45 millions de personnes parlant l'espagnol dans ce pays. Tout un phénomène linguistico-culturel qui prouve que l’espagnol se développe et se renforce, indépendamment de l’emplacement géographique.

Pour l’écrivain Eduardo Bahr, la langue espagnol est un animal en mouvement, qui n’est pas orthodoxe ni rétrograde, progressant chaque jour.
« Les mots sont inventés et insérés dans le vocabulaire, sans être affectés par le régionalisme ou le localisme, ni même des slogans qui deviennent à la mode, car ceux-ci sont généralement jetés. Selon notre interlocuteur, l'Espagnol est renforcé par les changements du temps, les migrations, et même par Spanglish, qui est basé sur l'espagnol, et non sur l'anglais, et qui est parlé par des milliers de personnes. »
« C'est une langue si forte et dynamique que tous les quatre ans l'Académie royale espagnole, modifie et met à jour ses dictionnaires. La parole est comme un métier, une pierre précieuse, un métal ou de l'argile, qui doit être moulé et transformé ».
En ce qui concerne la langue parlée, selon Bahr, les Honduriens vont très bien, ce sont les seuls Hispaniques à avoir un ton montant et descendant pour parler, selon que notre communication est facile, plate ou euphorique.
« Nous, comme les Salvadoriens, utilisons très bien l'espagnol parlé, nous distinguons bien le tutoiement du vouvoiement, nous faisons des différences verbales correctes, en dehors des régionalismes, qui ne nous affectent pas », a-t-il dit.

Un autre point très important est le phénomène de mode du langage internet. La langue subit une transformation rapide sur internet, qui semble nécessiter un manuel pour être utilisé.
Mais l’espagnol ne demande l’autorisation à personne pour évoluer, s’enrichir, se moderniser à un rythme accéléré, qui devient une sorte d'évolution linguistique, même irrévérencieuse, selon les experts.

Déformation de la langue, décadence ou simplement modernité? On ne le sait toujours pas, mais l’espagnol reste fort et décidément jeune, dans un monde ou les changements vont à la vitesse d’un animal sauvage, qui refuse d'être sacrifié et, apparemment, que la course rend fort et invincible.

L’espagnol à travers la littérature
Si nous passons à une époque plus récente, il y a eu un immense héritage des écrivains, des poètes et des auteurs qui ont enrichi et ennobli la langue. L’un d’eux est Gabriel José de la Concordia García Márquez, connu sous le nom de Gabriel García Márquez. C’est un des romanciers, nouvellistes et scénariste les plus importants. En 1982 il reçut le Prix Nobel de Littérature. Son œuvre la plus connue est Cien años de soledad, considérée comme  une des plus représentatives de ce genre littéraire.

Jorge Mario Pedro Vargas Llosa, mieux connu comme Mario Vargas Llosa, écrivain et romancier, est l'un des plus grands interprètes de la langue espagnole et lauréat du Prix Nobel de littérature 2010.
De son côté, Miguel de Cervantes Saavedra a publié en 1605 la première partie de son roman “El ingenioso Hidalgo don Quijote de la Mancha » et la profonde réalité de son personnage a fait que le célèbre chevalier Don Quijote de la Mancha est devenu le symbole universel de la langue espagnole.

Pablo Neruda est sans aucun doute un des grands poètes du XXème siècle. Controverse, volcanique, passionné, prix Nobel de littérature, Neruda a créé une œuvre vaste et variée, allant du romantisme au surréalisme.
Dans le genre de la poésie d'amour, mis en évidence avec un éclat particulier et  la popularité, comme en témoignent les poèmes « Vingt poèmes d'amour et Odes à l'amour ». Mais au-delà de ces titres très connus, Neruda a cultivé la poésie d’amour dans tous les genres, réinventant sans cesse la tradition millénaire qui a trouvé dans sa voix une des formes les plus belles et durables du XXème siècle.

Nombre d'hispanophones dans différentes régions du monde:
Etats-Unis: 36.995.000
France: 440.000
Brésil: 460.000
Canada: 909.000
Italie: 422.000
Autres pays: 1.306.000

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire